HAROPA - Port de Rouen, une feuille de route pour les investissements à venir

Published at 21/06/2018

HAROPA - Port de Rouen lance une prospective stratégique sur les investissements à réaliser au cours de la prochaine décennie. Le document a été examiné ce 15 juin par le Conseil de Surveillance de l’établissement. Le montant estimatif s’élève à 290 M€, dont 115 M€ destinés à accompagner le développement des trafics portuaires et 110 M€ pour l’entretien des infrastructures portuaires.

Près de 300 M€ en projet

HAROPA - Port de Rouen prépare l’avenir. La fin du Projet Stratégique 2014-2019 se profile, ainsi que la conclusion des contractualisations avec l’État et la Région (à travers le CPER 2015-2020 et le CPIER 2015-2020). De grands projets d’investissement arrivent aussi à leur terme. Le Port de Rouen enclenche aujourd’hui une nouvelle étape avec les réflexions portant sur la prochaine décennie. L’objectif de cette initiative est d’anticiper les grands dossiers à venir, qui pourraient demander plusieurs années avant d’être concrétisés. Une enveloppe totale de 290 M€ est estimée afin de soutenir les ambitions définies par l’établissement. Cette démarche s’intègre dans la vision de l’axe Seine portée par les ports de HAROPA.

HAROPA – PORT DE ROUEN DECLINE CETTE PROSPECTIVE STRATÉGIQUE AUTOUR DE QUATRE AMBITIONS :

  • être acteur de la transition écologique et énergétique,
  • renforcer la sécurité et l’innovation,
  • entretenir et réhabiliter les infrastructures portuaires,
  • porter des projets de développement des trafics et de l’activité portuaires pour renforcer le positionnement du Port de Rouen sur les vracs et l’agro-industrie, accompagner le développement de la croisière maritime et fluviale et soutenir la filière logistique rouennaise dans son positionnement entre Le Havre et l’Île de France.

 

. LA TRANSITION ÉCOLOGIQUE ET ÉNERGETIQUE figure parmi les nouvelles priorités. Une somme de 35 M€ sera consacrée à la rénovation des hangars portuaires actuels (travaux d’isolation, de mise aux normes, de réduction de la consommation, collecte des eaux de pluie, etc.). Les bâtiments administratifs du Port sont également inclus dans la démarche. Des crédits seront par ailleurs affectés à la fourniture d’énergie aux navires en escale et à l’installation des panneaux photovoltaïques sur des bâtiments portuaires. La mise en place d’une offre d’avitaillement en GNL (Gaz Naturel Liquéfié) participe aussi de la politique écologique volontariste du Port de Rouen. Ce chapitre comporte également un projet de production électrique (par ferme solaire ou géothermie), qui permettra la requalification de l’ancien terminal de Charvet à Grand-Quevilly, pour un montant de 5 M€. Le Port de Rouen affirme également sa volonté de traiter ses projets en tenant compte de la réduction des impacts environnementaux (biodiversité, assainissement).
. LA SÉCURITÉ ET L’INNOVATION, notamment en matière des nouvelles technologies de l’information et de la communication, disposeront de 5 M€. Il s’agit de sécuriser les échanges portuaires, matériels et immatériels, mais aussi de moderniser les services apportés aux navires. L’innovation numérique sera aussi appliquée à la gestion du trafic maritime et fluvial avec, par exemple, la sécurisation de la trajectoire des navires et automoteurs et l’optimisation du tirant d’eau offert.
. LA REHABILITATION ET LE MAINTIEN DES INFRASTRUCTURES PORTUAIRES disposeront d’une somme importante de 110 M€, deuxième poste de dépenses prévues. Le Port de Rouen souhaite valoriser le patrimoine bâti existant, entretenir et moderniser les infrastructures afin de maintenir le niveau de service apporté à ses clients. Une politique de surveillance et d’inspection accompagnera l’effort financier. Sont concernés les terminaux et appontements portuaires, les réseaux routier et ferroviaire portuaires mais aussi les digues et berges.
. Enfin, une enveloppe de 115 M€, la plus importante, sera consacrée à DÉVELOPPER LES TRAFICS MARITIMES ET FLUVIAUX, AINSI QUE L’ACTIVITÉ ÉCONOMIQUE SUR LE PORT.
Un objectif est de tirer pleinement profit du nouveau gabarit du chenal de navigation et de s’adapter à la massification des flux pour renforcer le Port de Rouen dans les trafics de vracs et sur l’agro-industrie. Les principaux projets sont guidés par la volonté du Port de réhabiliter des friches industrielles existantes pour y développer de nouvelles activités. Le Port de Rouen envisage par exemple de reconvertir la zone des Torchères (ex raffinerie Pétroplus), ou encore la friche dite HFR dans la continuité du terminal de Petit-Couronne. Un projet majeur pour la prochaine décennie portera aussi sur la fermeture et le remblaiement de la Darse des Docks.
Un deuxième objectif est d’accompagner le développement de la croisière maritime et fluviale avec pour projets l’accroissement de la capacité d’accueil des terminaux croisière de Rouen et de Honfleur ainsi que la réhabilitation des infrastructures du Bassin Saint Gervais à Rouen pour les paquebots fluviaux.
Le troisième objectif est de soutenir la logistique dans son positionnement cohérent sur l’axe Seine avec Le Havre et l’Ile de France. Les projets envisagés sont la modernisation du terminal de Radicatel et l’achèvement de l’extension de la zone multimodale de Honfleur.
Enfin, 25 M€ seraient consacrés à diverses autres opérations.

Pour Frédéric Henry, Président du Conseil de Surveillance de HAROPA-Port de Rouen, « les projets identifiés forment un programme ambitieux qui vise à asseoir durablement le port de Rouen dans son développement, en favorisant la croissance des trafics et de l’activité économique. En termes de soutenabilité financière, ce plan se situe dans la continuité de ce que le port de Rouen a pu réaliser ces dernières années avec l’aide de ses partenaires. »

Au-delà des dossiers relevant directement de l’établissement, le développement de la place portuaire rouennaise tirera parti de grands projets structurants portés par l’État et ses établissements publics, notamment dans le domaine du transport massifié. La modernisation de la liaison Serqueux-Gisors, la Ligne Nouvelle Paris Normandie (LNPN) ou la Mise au Gabarit Européen de l'Oise (MAGEO) seront des leviers de croissance dont le Port de Rouen, tout comme l’alliance HAROPA, bénéficieront.