Expérimentation de clapage en baie de Seine Orientale

Rapports sur l'expérimentation d'immersion à Machu

Dès 2008, le Grand Port Maritime de Rouen a lancé une étude en vue de définir un nouveau site d’immersion de ses sédiments de dragage en remplacement de la zone dite du Kannik. Des états des lieux sur les aspects hydro-sédimentaires et biologiques, prenant notamment en compte les enjeux liés à l’activité de pêche, ont permis d’aboutir à la détermination d’une zone expérimentale dite de « Machu » où ont été immergés sur deux sites  distincts (Figure 1), 2 millions de mètres cubes de sédiments de dragage,  répartis en un million de mètres cubes sur un site permettant les suivis hydro-sédimentaires et un million de mètres cubes sur un site permettant les suivis biologiques.

Localisation des zones de clapage expérimentales (site de Machu)
Figure 1 : Localisation des zones de clapage expérimentales (site de Machu)

L’objectif des expérimentations est d’évaluer l’impact des immersions, d’un point de vue hydro-sédimentaire (nature et comportement des sédiments déposés), l’impact sur la qualité de l’eau et sur le milieu vivant (benthos et poissons). 
Outre l’évaluation de l’impact de l’immersion, l’expérimentation a pour objectif de valider les modélisations hydro-sédimentaires du site d’immersion de Machu et de définir le mode de gestion optimal à envisager pour le site s’il devenait opérationnel.

Le calendrier des immersions expérimentales est rappelé ci-après :


 - La thèse de Stella Marmin
Stella Marmin, étudiante doctorante à l'université de Caen a soutenu le  20 décembre 2013 une thèse intitulée "Résistance et résilience d'une communauté macrobenthique des sables moyens dunaires de la partie orientale de la Baie de Seine à des apports sédimentaires anthropiques : rejets de dragage du Grand Port Maritime de Rouen". Cette thèse, financée en partie par le GPMR dans le cadre d'une convention CIFRE, s'inscrit dans la démarche d'expérimentation d'immersion sur le site de Machu menée par le Port pour la recherche d'un nouveau site d'immersion des sédiments de dragage du chenal de navigation. L'objectif des travaux de recherche est d'évaluer l'impact des immersions sur les fonds marins tant sur les plans sédimentaire que biologique et de proposer des pratiques d'immersion avec un minimum d'impact favorisant la recolonisation des fonds par les espèces. Stella Marmin a reçu une mention très honorable et poursuit ses travaux dans le cadre d'un contrat post doctoral d'un an avec le port.

 - Les premiers résultats des suivis après les immersions expérimentales - rapport de suivi octobre 2013

 - Synthèse du rapport de suivi octobre 2013

 - Brochure :
Brochure Immersion de sédiments de dragage