Un Été au Havre 2018, une programmation autour des quatre éléments : LE FEU, LA TERRE, L’AIR et L’EAU !

Publié le 09/07/2018

Après l’énorme succès de l’édition 2017, marquant les 500 ans de la Ville et du port, Un Eté au Havre revient en 2018 ! HAROPA - Port du Havre est fier d’être à nouveau partenaire des festivités à venir cet été.

Cette année, la direction artistique d’Un Été au Havre a souhaité travailler autour des quatre éléments – le feu, la terre, l’air et l’eau !

Si la compagnie Carabosse a ouvert LE FEU autour d’un spectacle pour le lancement des festivités le 23 juin dernier, LA TERRE est représentée par Les Anneaux ludiques de Veit STRATMANN notamment ! L’AIR par la spatiale Futuro House posée dans les Jardins Suspendus ou encore avec le pavoisement imaginé par plusieurs graphistes sous le commissariat d'Une Saison Graphique ; Et L’EAU avec l'œuvre monumentale Jusqu'au bout du monde, de Fabien MERELLE.

Pour Jean BLAISE, il était évident de faire quelque chose Au bout du monde...  Là où les éléments se déchaînent, à l’interface entre la terre et la mer, la ville et le port ! Les havrais peuvent désormais admirer une sculpture monumentale de 6,24 mètres de hauteur, celle d’un homme qui porte son enfant sur les épaules, conçue dans les mêmes matériaux que les bateaux les plus modernes.

Parmi les autres œuvres à découvrir ou redécouvrir cet été :

  • Les Passagers du son # 2, une installation sonore au cœur de l'Hôtel de Ville qui reprend les quatre éléments avec le Feu et l’Eau dans la salle du conseil municipal, par la mise en son de la tapisserie de Jean Lurçat
  • L’exposition au MUMA Né(e)s de l’écume et des rêves qui interroge la question des imaginaires liés à la mer, à l’océan et aux abysses chez les artistes de la seconde moitié du XIXe puis du XXe siècle au moment décisif où le regard sur le monde sous-marin se transforme, porté par une discipline nouvelle, l’océanographie. - du 5 mai au 9 septembre
  • Les Jardins Fantômes Bassin du Roy , une structure en métal qui vient se ficher dans les murs du bassin. Au fil des marées, des flux et reflux de l’eau de mer, des moules, des huîtres, des algues s’accrochent là, révélant, semaine après semaine, les motifs royaux et leurs richesses
  • Vénus et Mars, la mise en lumière des emblématiques cheminées EDF situées en bordure du bassin René Coty. Le Havre a toujours regardé loin devant ses chalutiers, ses paquebots, ses cargos foncer vers les mers du Sud, du Nord, partout, grâce à cette œuvre, la ville prend de la hauteurs. Une manière de prendre le pouls, rêveusement, du système solaire.

Pour découvrir le programme complet : https://www.uneteauhavre.fr/fr

Pour découvrir les parcours imaginés à travers la ville : https://www.uneteauhavre.fr/fr/parcours

Pour télécharger l’application Un été au Havre : https://www.uneteauhavre.fr/fr/mobileapp-uneteauhavre

Photo de "Jusqu'au bout du monde" - © Anne-Bettina Brunet -Visuel : Adolf HIREMY-HIRSCHL (1860-1933), Aphrodite, vers 1893, huile sur toile, 110,7 x 275,6 cm. Galerie Tibermont, Paris. © Florian Kleinefenn