Aménagements portuaires

Restauration écologique du site de La Douillère à La Mailleraye-sur-Seine

Pour favoriser le développement des espèces d’amphibiens, d’odonates, d’oiseaux limicoles mais aussi de la flore sur le site de La Douillère, HAROPA PORT | Rouen entreprend des travaux de restauration écologique.
- Direction territoriale de Rouen

Publié le

Restauration écologique du site de La Douillère à La Mailleraye-sur-Seine

Pour favoriser le développement des espèces d’amphibiens, d’odonates, d’oiseaux limicoles mais aussi de la flore sur le site de La Douillère, HAROPA PORT | Rouen entreprend des travaux de restauration écologique.

Le site de La Douillère, situé sur la commune de Arelaune-en-Seine, comprend un ancien casier de dépôt de sédiments de dragage inutilisé depuis 2000. Cet espace est actuellement colonisé par des milieux hétérogènes : une roselière dans laquelle les odonates et amphibiens, dont la Rainette verte, évoluent ; le Petit Gravelot, oiseau protégé, a également été observé sur place. Il niche à même le sol sur un espace caillouteux.

Afin de favoriser le développement des espèces d’amphibiens, d’odonates et d’oiseaux limicoles, mais aussi la flore caractéristique des milieux aquatiques et humides, notamment à l’est du site (plus pauvre en biodiversité), HAROPA PORT | Rouen entreprend des travaux de restauration écologique.

La direction territoriale de Rouen prévoit ainsi d’évacuer les anciens matériaux de dragage présents sur la partie est du site et d’y créer des mares et des noues afin de retrouver un milieu riche similaire à celui déjà présent à l’ouest. Ces mares seront connectées à la nappe dans le but de maintenir un niveau d’eau toute l’année. Afin d’accueillir le Petit Gravelot, l’aménagement d’une bande et d’îlots graveleux sur une surface d'environ 1 ha sont également prévus.

Les espèces exotiques envahissantes, comme le Buddleia de David et la Vergerette de Sumatra, seront exportées en centre spécialisé pour permettre à une végétation plus locale de se développer et les merlons des anciens casiers seront abaissés.

La création d’un belvédère permettra enfin d’observer l’ensemble du site réaménagé ; celui-ci sera accessible à tout promeneur (accès PMR et poussette) via le chemin de halage.

Pendant les premiers mois de ce chantier de restauration écologique, les engins de chantier emprunteront trois itinéraires, selon la nature des matériaux, en direction de :
1. Saint Wandrille Rançon
2. Notre Dame de Bliquetuit
3. Anneville Ambourville

Les matériaux gravelo-sableux extraits du site seront revalorisés sur les chantiers de travaux publics notamment.

 

Coût : 1,5 M€ dont 40 % Etat et 14 % Région.

La fin du chantier devrait intervenir en mars 2023.

Ces travaux s’inscrivent dans le cadre des mesures environnementales du programme des accès maritimes du port de Rouen.